Journal d’une boulimique


Crise de boulimie 1
AU SECOURS !!!
(Nous avons caché des infos pour respecter l'anonymat)  
Bonjour Je suis une femme de (xx) ans qui, depuis 40 ans, part en guerre contre elle même chaque matin. Pendant plusieurs mois, chaque soir, à partir de 17h environ, la défaite commence et je fais des crises de boulimie / d'hyperphagie jusqu'à ce que je m'écroule dans mon lit. Puis, pour des raisons qui m'échappent, petit à petit, le mécanisme s'inverse et là, je gagne la partie jusqu'à ne plus consommer que 200 à 300 calories par jour, pendant des semaines, des mois. Je me sens alors fière de moi, optimiste, sociale, souriante, pleine d'énergie. Je fais du 38 : j'ai l'impression qu'il ne me manque qu'aimer et être aimée pour être comblée. Arrivent alors les premiers signes du retour du balancier : des achats compulsifs qui se transforment très vite en kleptomanie. Je devrais savoir, depuis le temps, que d'ores et déjà, la guerre est encore une fois perdue car les pulsions boulimiques ne tarderont pas à réapparaître. Je peux errer dans les nuits jusqu'à 1 heure du matin pour faire la virée des épiciers ouverts la nuit, chercher au fond de ma poubelle ce que je peux ingérer pour me "satisfaire". Je fais des tours de parcs en courant pour tenter de faire baisser la tension, je m'auto mutile en me brûlant les bras... mais je perds chaque soir la bataille. Mes variations de poids (différentiel allant jusqu'à + de 50 kilos : de 112 à 58 ) sont tellement incroyables que je me grille socialement puisque je passe mon temps à fuir : j'ai tellement honte que les gens qui m'ont vu maigrir me voient regrossir. Je déménage tous les trois ans. Je suis lasse, je ne me supporte plus, je me hais, mais je ne peux pas me suicider car je suis la maman de (xx) filles et je m'interdis de leur laisser comme héritage le suicide de leur mère. Pourtant l'une et l'autre manifestent, chacune à leur manière, leur détresse d'avoir une mère "emmurée dans sa maladie" (comme me l'a dit mon ainée en décembre). Il m'est néanmoins plusieurs fois de faire des surdoses médicamenteuses ...juste pour arrêter un peu le temps, laisser venir le blanc, le vide dans ma tête. J'appelle à l'aide, au secours... même si je me suis déjà engagée de toute mon âme, de toute ma raison et de tout mon corps dans les différentes thérapies que j'ai trouvées sur mon chemin : psychothérapies de différents courants, analyse pendant dix ans, (xx) hospitalisations dont une à Ste Anne au service des TCA.. Je n'ai pas avancé d'un pouce au fond de moi , même si j'ai construit une conscience aigüe de cette pathologie. Au bout du compte, ma souffrance et mes symptômes sont toujours restés aussi vivaces. Je pesais 58 kilos en aout, 62 en octobre, 66 début janvier, 72 aujourd'hui. J'ai recommencé à faire des piles de vêtements taille 38/40 dans lesquels je n'entre plus et à aller à la cave chercher le 42. Chaque soir, chaque nuit, chaque dimanche, JE BOUFFE. Chaque matin, aller au travail est une souffrance tellement j'ai HONTE. je me suis mis encore une fois en arrêt maladie depuis lundi. Encore une fois, au secours !!! Je vous en supplie.



Crise de boulimie 2
« Je crois qu’ils ne savent pas qui je suis. Ils ignorent mes faiblesses ! Ils ne me voient pas comme je suis ! Ils pensent que je suis forte ! S’ils savaient combien je suis une petite fille sans défense, combien je me sens vide, combien je suis en quête d’amour…combien je doute tout le temps. Je remets en question la moindre chose et tout me fait douter sur la réalité des relations avec les autres. Je me sens différente et je crois que je ne peux faire confiance à personne. Même mon corps me désobéit… »
Sandra


(Copie intégrale d'un message posté le 21/02/13)
Bonjour
Jai moi aussi consulté Marie Gagnon et Dominique Perreau. Je suis enthousiaste comme Florence. Je suis sans doute plus âgée quelle, la cinquantaine passée et plus de 30 ans de boulimie. La liste de tout ce que jai essayé est longue et celles qui connaissent le parcours nont pas besoin de plus de détails. Depuis près dun an, je ne suis plus boulimique, plus une seule crise et dautres problèmes dont je ne parlerai pas ici ont aussi totalement disparu. Aujourdhui je suis bien, TRES bien. Je vis ma vie à moi et jarrive à la vivre pour moi. Cest ce que jai réussi à faire : être moi. Et cest merveilleuxà mon âge ! 
Je ne roule pas sur lor mais il ne me viendrait pas à lidée de calculer, après coup, combien ça ma couté. Je ne saurais pas non plus chiffrer combien coûtent 30 ans de vie (pas perdue car jai 2 enfantsmagnifiques !), mais 30 ans plus dans la survie que dans la vie. Pour aller jusquau bout de la question prix , la maman, Reginapizza parle de prix des cures. Les prix des séances sont en fait de 110 et 120. Ce petit message pour partager, comme jaurais tant voulu quon le fasse pour moi. Encore un petit mot car à chacun de se faire son avis par lui-même et pour ça, vous pouvez voir le blog www.guerir-boulimie.com
La maman Reginapizza peut mécrire directement si elle veut.
Maud


Crise de boulimie 3« J’ai craqué en annonçant à mon mari ma boulimie…J’ai honte… J’ai peur de son jugement… Mes parents toujours occupés par leur boulot… Je mangeais, je mangeais, je pleurais et m’occupais de mon petit frère. Je me sentais seule mais heureusement il y avait mon petit frère mais j’en voulais à ma mère.Tout ce petit monde m’a vue grossir et ils étaient contents car je ne les dérange pas. Je mange en cachette, de tout, du nutella, des pizzas etc…J’ai peur, je suis perdue, seule… »  Hélène
                                                                                                        


« J’ai peur ce soir seule avec moi-même. J’ai peur de moi-même, de ma démesure, de cette autre moi que je sens tout près de moi qui n’est pas moi mais qui me possède. Je ne m’appartiens pas vraiment. J’ai peur de ce que je suis ! J’ai la sensation d’être de trop, de ne pas être à ma place. Je vis en cachette de moi-même… Je devrais ne plus exister »
Véronique

« Je hais le soir et redoute ce moment d’aller au lit. Cette solitude de la nuit me fait horreur. La nuit est immuable et d’un calme mortel. C'est le danger de l’endormissement. Mais ... la vie n’est que lutte, de son départ à sa fin. L’attente de la mort est d’une effroyable tristesse. »
Michèle



Crise de boulimie 4« J’ai envie de bouffer avec modération mais l’ennui est trop là. Je veux être belle comme tout le monde de la tête aux pieds, mettre ce qui me plaît, marcher autour de la piscine sans paréo, sans complexe… »
Claire







Extrait du livre de Marie Gagnon

"Une ancienne boulimique, devenue médecin, parle"


« T’en souvient-il ?
Tout en t’autogavant, tu t’es remplie afin de ne plus espérer plaire ou vivre.
T’en souvient-il ?
En dix ou quinze minutes, tu as perdu les efforts d’une semaine, ceci parce que tu ne crois plus en toi et que tu as décidé de t’annihiler en allant jusqu’au bout
T’en souvient-il, avoir fait encore une fois une croix sur ta vie ?
Tes crises surviennent quand tu es seule ou le soir, quand tout le monde dort et que toi, tu restes éveillée pour mieux te détruire.
T’en souvient-il quand, le soir désespérée, tu te tues à petit feu comme si la souffrance de la mort lente était à elle seule une suprématie d’appel au secours.
Que peut-on faire, sinon un serment avec les autres pour s’obliger soi-même… mais à quoi bon ?
Trop tard…
Vous viendrez, vivants, sonner à ma porte
Amis, vous viendrez comme avant et l’on vous dira : personne, elle est morte… »


Mentions
     Ce blog est essentiellement informatif et vise à partager des éléments nouveaux, fruits de nos observations et avis personnels, pour des réflexions nouvelles.
     En aucune manière, ces informations et avis personnels ne peuvent constituer une incitation à quitter la médecine conventionnelle, ni une recommandation particulière d’un traitement spécifique (préventif ou curatif), ni même un diagnostic ou une prescription.
    
La boulimie étant un Trouble du Comportement Alimentaire sérieux (TCA), il est évident que les effets des conseils et différentes actions que nous préconisons ne peuvent agir dans 100% des cas et varient en fonction de chaque individu et de chaque état de santé. Les effets et résultats décrits ici sont sincères mais ne peuvent en aucun cas être compris comme des promesses de résultats.

1 commentaire:

LaNeve a dit…

C'est énorme, je viens de lire ""Une ancienne boulimique, devenue médecin, parle" et c'est moi, totalement moi. Il est 1h30 je dois aller me coucher, j'ai mangé un sandwich au nutella, deux coupes de glace, bu un thé, je suis gavée, j'ai mal au ventre et si je ne m'écoutais pas je continuerais, mais je ne veux plus... et je vous ai trouvé ! Que vais-je en faire ? Eve

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis :