Nouvelle approche de la boulimie

La boulimie n’est pas une maladie mentale,
elle n'est pas de l'ordre de l'« anormalité »
et ... on peut en sortir !
Qu'est-ce que la boulimie?
Les thérapies courantes restent encore trop souvent sur de vieilles  habitudes de pensée "psy" qui limitent la boulimie et l'anorexie à des pathologies essentiellement mentales, au manque de volonté ou à une personnalité souvent dite "borderline" (!).... sans jamais prendre en compte le biologique, le corps !
Nous pensons que ces erreurs sont à l'origine de nombreux échecs et à la multiplication de thérapies longues et coûteuses et souvent peu efficaces.


STRATÉGIE : BRISER LE "CERCLE VICIEUX"
en stoppant les crises


Notre stratégie pour guérir, forgée par l'expérience et par nos résultats, est bien de commencer par supprimer les crises, et c’est seulement ensuite que l’on pourra efficacement s’occuper du problème de fond. 

Stopper les crises est tout à fait possible et cela peut-être rapide.
C'est notre premier objectif
car nous savons que la personne boulimique "qui doute de tout" ne peut être rassurée par les mots mais uniquement par ce qu'elle vit !

Dans cette méthode, supprimer les crises ne consiste plus pour vous à essayer d’être «encore plus forte contre les pulsions», ...(vous savez par expérience que ça ne « marche » pas ainsi !)... mais bien de normaliser certaines courbes biologiques et hormonales pour que les crises ne viennent plus.

Notre démarche, de commencer par faire disparaître les crises, est bien à l'inverse des thérapies courantes (analytiques, séries de psychodrames, ou comportementales)
Cette stratégie est une des clés de la réussite et c'est notre choix car la rapidité des premiers résultats est, à notre sens, essentielle.
Nous le savons car
nous avons, nous aussi, vécu ce que vous vivez.

La boulimie se compose de deux problématiques qui se « nourrissent » l’une de l’autre : 
1/ Le problème de fond qui est de l’ordre de l’émotionnel, est lui très ancien puisqu'il peut dater de la petite enfance, même si les premiers signes de TCA apparaissent à l’adolescence ou à l’âge adulte.
2/ Les anarchies alimentaires que ce « problème de fond » a favorisé au fil des années ont, elles, généré des dérèglements biologiques et hormonaux.
Ce sont ces "marqueurs corporels" qui, par leur dérèglement, entretiennent maintenant le processus de crises, chaque crise créant à leur tour les conditions biologiques et hormonales de la crise suivante... C'est le "cercle vicieux" des crises que vous connaissez !
La volonté est impuissante contre la chimie du corps.
C'est ainsi pour tous les êtres vivants et vous ne faites pas exception ! ... 



NOS OBSERVATIONS

La boulimie et l’anorexie ont, certes, des symptômes terriblement handicapants et douloureux au point de faire de la vie un enfer. Mais aussi fortes que puissent être les manifestations de ces désordres, nous ne les considérons pas comme des «maladies mentales» mais comme de violentes réactions naturelles de survie. En fait, elles s’assimilent à des réactions de l'instinct de conservation assumant son rôle naturel de «protecteur» face à un/des traumatismes et ne sont donc pas de l’ordre de l’« anormalité »

Les causes sont généralement anciennes. Il peut s'agir de chocs émotionnels, traumatismes datant de la petite enfance (abandon, humiliation, inceste, deuil) ou aussi d’angoisses, de non-dits ou «secrets de famille» transmis par les générations antérieures, tels des «mauvais héritages» 

Mais parfois aussi, rien de violent, rien de sordide.
(Vous trouverez dans le livre les explications
détaillées des multiples causes du manque d'ancrage)

Il nous semble de bon sens et tout simplement intelligent d’avoir l’esprit ouvert à tous ces paramètres pour obtenir des résultats rapides, à la fois sur les pulsions et sur leurs causes.


CONNAISSANCES FONDAMENTALES

1.
La boulimie est une pathologie
du système émotionnel et non de la volonté

Le cognitif (raison, volonté, force de caractère, expression verbale) n’est pas en cause ici. Et puisque l'on sait, (Depuis des millénaires en médecine traditionnelle et en occident depuis l'utilisation de l'IRM), que le cognitif est incapable de modifier les effets (conséquences) des émotions, la raison / volonté étant inefficace pour cela, on comprend qu'elle ne peut être utile ici dans le traitement.

La boulimique ne manque ni de raison, ni de volonté (souvent très performante professionnellement !). Mais elle a un problème d'ancrage et d'angoisse.
C'est pourquoi, à notre sens, la crise de boulimie ne peut se traiter efficacement par des démarches purement intellectuelles d'analyse du passé ou cognitives ou comportementales.
Il est aisé de comprendre qu'ici
les mots ne peuvent suffire pour guérir.


2.
La crise de boulimie
apaise la boulimique et même, … la sécurise
(!)

On comprend alors pourquoi s’attaquer frontalement à la crise elle-même mène fatalement aux échecs répétitifs... !
Nous avons donc choisi d'orienter aussi notre démarche sur le traitement de l'angoisse qui génère les crises.

Crise de boulimie

3.
D'où vient l'angoisse ?

Elle provient, entre autres, du sentiment de vacuité (vide existentiel) si caractéristique de cette pathologie car le problème de maturité émotionnelle (provoqué par des chocs émotionnels anciens) entraîne un niveau d'anxiété élevé susceptible de bloquer le développement de la vie affective.

L’angoisse provient aussi d’un manque d’ancrage.
La notion d’ « ancrage » signifie ce qui permet de "tenir au sol", à la "Terre Mère", c'est-à-dire aux réalités et aux valeurs SOLIDES et SÛRES sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour bâtir notre vie sans qu’elle s’effondre.
En plus de cette valeur de "force", l'ancrage a aussi celle de nous "donner les conditions indispensables au rééquilibrage".

  Il est autant indispensable à notre équilibre que
la pierre de voûte à un édifice ou au pivot de la balance !

L'ANCRAGE est une notion fondamentale en médecines traditionnelles.
Il est difficile de l’expliquer complètement ici en quelques mots. Nous développons ce point fondamental qui est au cœur des causes de la boulimie lors de nos CONFÉRENCES et dans notre livre que nous avons conçu comme premier "outil".
L'angoisse provient aussi de la culpabilité causée par l'impuissance répétée à gérer les débordements alimentaires.


    4. 
      "Zéro pulsion, Zéro crise"

De par les anarchies alimentaires répétitives de la boulimique, le corps a perdu ses points de repère ! 
Chrononutrition, micronutrition et traitements de la boulimie

     Pour corriger cela, on s’appuie, entre autres techniques, sur un protocole nutritionnel dont 
les effets sur la chimie du corps peuvent être très rapides. 
     Ce n’est pas un régime mais une NUTRITHÉRAPIE, et une façon de consommer les aliments avec intelligence.
     afin d’obtenir, par des actions précises, certains effets sur le comportement, dont l’arrêt des crises. 

Dans cette méthode, supprimer les crises ne consiste plus pour vous à essayer d’être «encore plus fort contre les pulsions» mais bien de normaliser certaines courbes biologiques et hormonales pour que les crises ne viennent plus !

 Nous préconisons uniquement des aliments normaux, pas de compléments alimentaires,
ni de produits de régimes.



    Ce protocole, a aussi pour but de jouer sur la perte de poids et contribue ainsi activement à l’amélioration de l’image corporelle.   
  

La personne qui met correctement en application le protocole adapté 
à sa personnalité, 
peut observer une nette diminution de la fréquence
et de l'intensité des crises

en une dizaine de jours.



     Mentions légales
      
 Ce blog, comme le livre "Guérir la boulimie et les pulsions alimentaires" ne peuvent faire se passer ni remplacer le thérapeute compétent.
 La boulimie étant un Trouble du Comportement Alimentaire sérieux (TCA), il est évident que les effets des conseils et différentes actions dont nous parlons ici peuvent varier en fonction de chaque individu et de chaque état de santé.

 En aucune manière, les informations et avis personnels donnés sur ces pages ne peuvent constituer une incitation à quitter la médecine conventionnelle, ni une recommandation particulière d’un traitement spécifique (préventif ou curatif), ni même un diagnostic ou une prescription.
     Ce blog est essentiellement informatif et vise à partager des éléments nouveaux, fruits de nos observations et avis personnels, pour des réflexions nouvelles. Bien que nous procédions avec prudence et diligence concernant l’exactitude des renseignements accessibles sur ce site, nous n’assumons aucune responsabilité quant aux conséquences que pourraient avoir l’utilisation de ces informations.  

     Responsable de la publication : Dominique PERREAU